agustin_cabreJ’avais rencontré Claret sur un terrain de football (soccer). J`étais adolescent qui essayait de mettre des buts et le père Alberto Chang, ami de ma famille, m’invita à jouer avec les séminaristes clarétains. Je ne me souviens pas si j’avais gagné bien de matchs ou si j’avais marqué nombreux buts. Ce que j’avais gagné fut immensément plus grand: je découvris un charisme qui commença à me nourrir du dedans, qui me fit regarder la vie au-delà des horizons normaux; la vie continuait au-delà où la mer finit.  Existaient des peuples qui ne connaissaient, même pas, Jésus-Christ, celui qui aide à briser les chaines qui empêchent d’être heureux.

Connaitre Claret fut découvrir une façon spéciale de vivre ma condition chrétienne : un Christ devenu nourriture afin de nous revigorer, une femme toute cœur pour nous soigner, un Joseph capable d’enseigner à Dieu à devenir un homme, à travers le travail et la famille.

Depuis alors, je me sens reconnaissant à la vie de m’avoir mis à un lieu où je peux apprendre, je peux communiquer, je peux faire la mission annonçant à d’autres la libération.

Une spiritualité comme celle-ci m’a soutenu, encouragé et nourri. On dirait que Dieu nous fixe un but et il nous met devant plusieurs rails pour y parvenir. L’important est de savoir où se situer sur le rail approprié et avancer, sans transborder.

Sûrement éludant obstacles, parfois surmontant les découragements, d’autres fois reculant pour prendre plus d’élan vers l’avant. Et étant donné qu’il s’agit de vivre cette expérience à l’intérieur d’une famille charismatique, l’élan n’est pas fait en solitaire : toute une fraternité aide à réussir le but.

Je peux dire qu’amitiés loyales, profondes, sincères, je les ai découvertes dans cette famille clarétaine. Nous ne sommes pas unis par des liens de sang. Nous sommes unis par des liens d’amitié, d’illusions, de certitudes, de confiance, qui deviennent bien de fois plus fortes. Qui n’a-t-il pas découvert chez l’un ou l’une, cette personne qui te rend meilleur ? Claret me montrant sa vie, ses utopies, ses échecs et ses réussites, dans sa suite de Jésus, m’invite à suivre ses pas : marcher sur ses traces c’est d’avoir la certitude de parvenir á un heureux final.

 P. AGUSTÍN CABRÉ RUFFAT, cmf

(Province de San José del Sur)

José Agustín Cabré Ruffat (1940),missionnaire clarétain, prêtre et journaliste chilien. Il professa en tant que clarétain en 1957 et il fut ordonné prêtre en 1968. Il se diplôma à l’Université Catholique de Santiago du Chili en 1976. Il a écrit des nombreux ouvrages, parmi lesquels: Évangélisateur de deux mondes; La Croix, le feu et les drapeaux; Mariano ou la force de Dieu; La parole de Dieu n’est pas enchainée; L’histoire des clarétains au Mexique; Cours récits pour garder le calme; Mon esprit est pour tout le monde.