Tel qu’annoncé, les 17 et 18 Février ce fut l’inauguration, à Vic, des célébrations à l’occasion du bicentenaire de la naissance du  Rme.  P. Josep Xifré i Mussach cmf (19 Février, 1817); et elles prendront fin en Novembre prochain se souvenant de la date de sa mort (3 Novembre, 1899).

Le vendredi 17 eurent lieu deux célébrations, une plus externe, culturelle et ouverte au public, à 18h.30, dans ce que l’on appelle Salle de la Colonne » de l’Hôtel de Ville de Vic, où se trouvent, avec notre honoré, les portraits de quelques  des fils illustres de Vic  des siècles précédents. L’autre célébration spirituelle et privée, à la crypte de notre Temple, à 21h.30.

Tombeau du Père Xifré

Tombeau du Père Xifré

Aux deux célébrations  participèrent les Supérieurs Majeurs ou leurs représentants des différents Organismes d’Europe (Catalogne, Euskal Herria, Santiago, Bétique, Portugal, Italie, Allemagne, Pologne, France et Royaume Uni), religieux d’autres Congrégations, particulièrement membres religieux et laïcs de la Famille Clarétaine. Lors de la première célébration, était, également présent l’évêque de Vic, Dr. Romà Casanova.

Salle de la Colonne de l’Hôtel de Ville

Salle de la Colonne de l’Hôtel de Ville

La célébration publique comporta six moments : 1) la présentation de l’acte et des présents, réalisé par le Frère Josep Codina cmf. Préfet d’Apostolat du Gouvernement Provincial de Catalogne, membre de la commission organisatrice. 2) La bienvenue du côté de l’Hôtel de Ville, faite par Mme. María del Carmen Bover, Conseillère municipale de Commerce, Tourisme et Marchés, 3) La bienvenue dirigée par le T.R.P. Provincial de Catalogne : Ricard Costa-Jussà cmf, 4) Une conférence de monsieur Xavier Cateura i Valls, écrivain et investigateur de thèmes historiques et culturels, sur : Josep Xifré, Fils illustre de Vic, entrepreneur d’une grande œuvre. 5) Il s’en suivit  l’exécution musicale de trois pièces  par le Quartet Pizzicato, quartet formé par quatre jeunes qui nous enchantèrent  avec la Sarabande de G.Fr. Händel,  Paladio de K. Jenkins, et Les Misérables  de M. Schönberg. 6) Clôtura l’acte le Rme. P. Mathew Vattamattam, cmf. , Supérieur Général qui avait présidé toute la session. Â la fin, le Père Général remit à la Conseillère Municipale  un exemplaire de la biographie du P. Josep Xifré, en trois volumes, écrite par le P. Jaume Sidera cmf.

Veillée de Prière

À 21h.30, à notre crypte, eut lieu une veillée de prière, afin de rendre grâce au Seigneur par le don de la vie et mission du P. Xifré. Le texte, préparé par le P. Gonzalo Fernández cmf, Préfet Général de Spiritualité, avait comme titre : Los tres amores (Les trois amours). Ainsi il synthétisait  la vie et la spiritualité du P. Xifré : Amour à Dieu, amour à l’Église, amour à la Congrégation. Furent lus des textes bibliques, de l’Autobiographie du P. Fondateur et l’honoré, lui-même. Le tout intercalé avec des chants, moments de silence, prières…, dans plusieurs langues. La veillée fut présidée par le P. Général.

P. Jaume Sidera cmf

P. Jaume Sidera cmf.

Le samedi 18,  il eut trois  rencontres, deux le matin et un en après-midi. À 10h.30 nous nous sommes trouvé les différents représentants de la Famille Clarétaine et grand nombre de membres des communautés clarétaines de Catalogne au Salon d’actes de notre maison de Spiritualité. Après la présentation et quelques informations,  réalisée par le P. Provincial de Catalogne, le P. Jaume Sidera nous offrit un très informée et plaisante synthèse de la vie du P. Xifré, fruit de son extraordinaire connaissance de ce clarétain illustre : Que lui devons-nous au P. Josep Xifré?

Concelebración con el Obispo

Messe concélébrée avec l’Évêque

À 12h.45 nous nous sommes rendus à la crypte oú il eut lieu une solennelle Eucharistie présidée par son Exc. M. l’Évêque de la ville, accompagné en tant que concélébrants, du   P. Général, le P. Provincial de Catalogne, le P. Provincial de Bétique, P. Félix Martínez, cmf, Président d’ECLA, et le Supérieur de la communauté de Vic, P. Josep Armengol. Étaient, également, présents beaucoup plus de clarétains, surtout des maisons de Catalogne et nombreux membres de la Famille Clarétaine. À la fin de la célébration, le P. Général remit à Mr. l’Évêque un exemplaire des trois volumes sur la vie du P. Xifré. Par après nous sommes, tous, passé  au réfectoire de la Maison de Spiritualité afin de continuer à fêter, avec un repas fraternel.

Después de la comida fraterna

Membres de la Famille Clarétaine à la Maison Mère

En après-midi, à 4h.30, assez des participants aux autres actes, nous nous sommes rendus  à Can Sibiu (Chez Sibiu), place natale du P. Xifré, à l’extérieur de Vic, afin de bénir et inaugurer une plaque commémorative, placée sur une des façades de la maison. Était présent M. Joan Illamola, propriétaire de la masia (ferme) et quelques fermiers  y vivant présentement. Il faut dire que les actuels demeurants ils ne sont pas descendants ni de la famille du P. Xifré ni des propriétaires de la masia.

Can Sibiu

Le Père Général offre une image de P. Xifré le propriétaire actuel de Can Sibiu

Plaque commémorative

Il faut remercier, de tout cœur qu’aussi bien du côté de M. l’Évêque de Vic, comme des autorités de l’Hôtel de Ville et des propriétaires et habitants de Can Sibiu, des Supérieurs majeurs d’ECLA et autres membres de la Famille Clarétaine il y a eu une collaboration et participation enthousiaste en tout moment.

Tout au long de l’année on publiera, au fur et à mesure, ´la web du CESC, et concrètement sur la page dédiée à l’Année Xifré, d’autres nouvelles et texte afin que toute la Congrégation, et, particulièrement les centres de formation, puissent connaitre et participer au souvenir reconnaissant de ce grand clarétain lequel, comme le laissa par écrit dans son “Último Despido” (dernier au-revoir), il avait aimé  de tout son cœur la Congrégation et il avait  vécu seulement en vue de son bien. Il suffit de penser que, lorsqu’il prit la responsabilité de Supérieur Général , en 1858, la Congrégation  n’avait qu’une seule communauté et douze membres , t, lorsqu’il mourut  en 1899, elle avait , déjà, 61 maisons, répandues en Europe, Afrique et Amérique, et 1770 clarétains profès. Le seul continent que cet infatigable missionnaire ne visita pas fut l’Asie; il faut bien s’imaginer,  quelle aura été sa joie  au ciel en voyant que celui qui a présidé ces fêtes-ci du bicentenaire de sa naissance a été le Rme. P. Mathew Vattamattam, membre de ce continent pour lui inconnu, où  de notre temps tellement de nos  frères participent de ce sur quoi le P. Xifré écrivit avec tellement d’enthousiasme: El Espíritu de la Congregación (L’Esprit de la Congrégation).