“… j’eus des très bons parents, qui conjointement avec l’instituteur travaillaient à former mon entendement avec l’enseignement de la vérité, et ils cultivaient mon cœur avec la pratique de la Religion et d toutes les vertus…”

(Aut. 25)

ÊTRE RECONNAISSANTS

De quelle façon si bien, exprime-t-il Claret le travail conjoint de ses parents et instituteurs dans la formation de toute sa personne ! Aujourd’hui nous l’appelons formation intégrale.

En effet le P. Claret fait référence à la formation de son entendement, de son affectivité et de sa volonté, spécialement, en ce qui concerne la dimension religieuse, laquelle eut une telle importance dans sa vie et elle l’a dans la vie de chacun, en tant qu’expérience unificatrice de toutes les autres dimensions.

Quelle importance si décisive concernant le développement de la personne a-t-elle la famille, particulièrement les parents, et l’école, surtout lors des premières années de la vie ! Le P. Claret en est conscient et il rend grâce à Dieu pour tout le bien reçu dès sa tendre enfance.

Quelle admirable figure celle d’instituteur de village qui demeurait pendant plusieurs générations, transmettant des valeurs intellectuelle, morales et sociales! Il est vrai que dans notre société urbaine, avec la mobilité que parfois implique l’industrialisation, ne sont déjà plus soutenables certaines de ces formules-là. Mais malheureusement dans bien de cas, elles n’ont pas apparues celles qui vraiment les remplacent ou améliorent chez cette formation intégrale là. Pour le reste, les changements rapides de mentalité ont porté à priver d’autorité les éducateurs, et même les propres parents…

Nous devons faire tout le possible pour appuyer la famille et l’école dans sa décisive mission. Dans ces milieux se produisent et éduquent les expériences qui vont marquer toute la vie.

Ainsi fut chez le P. Claret et ça l’a été chez chacun de nous. Suis-je conscient du bien reçu de mes parents et maitres?