Dans cet espace tu trouveras le témoignage de personnes vivant la spiritualité missionnaire de saint Antoine Marie Claret. Elles, elles nous partagent comment elles ont rencontré chez Claret un compagnon de route pour vivre leur spiritualité en tant que disciples de Jésus-Christ missionnaire. Le premier témoignage correspond à un missionnaire clarétain d’Amérique Latine, mais, peu à peu nous allons faire en sorte que puissent apparaitre les écrits des différentes personnes de tous les coins du monde. Que cet espace fraternel nous aide, nous tous, à vivre avec passion renouvelée notre propre chemin spirituel. Si tu veux partager ta propre expérience n’hésite pas à nous l’envoyer.


Sans savoir comment

Vicente Sanz , cmf.

À vrai dire elle ne fut pas  très tôt  ma rencontre avec Claret. Il est vrai qu’avec une mère d’Aranda et vivant  en contact avec les clarétains de Buen Suceso  proche de chez moi, on pourrait penser le contraire. , mais ce ne fut pas ainsi. Lorsque je suis entré au séminaire clarétain à l’âge de 10 ans, j’étudiais  à un collège des Frères des Écoles Chrétiennes et j’en savais plus sur Saint Jean Baptiste de La Salle que sur Claret, Et les affaires  ne s’améliorèrent  au cours de la formation, et même pas au cours des 5 années où  je séjournai à Rome en tant qu’Étudiant et où, présentement, je me trouve.  Pour être sincère j’ai commencé à découvrir Claret à Ségovie, au moment où les formateurs avec les postulants  nous travaillions sur un humble projet que nous avions titré: Huellas Claret (Traces Claret). (suite…)

Compagnons de voyage

C. Njayarkulam, cmf.

Qu’un jour  j’allais devenir un Missionnaire Clarétain… Voilà une idée  que  jamais  effleura  dans mon esprit jusqu’à l’âge de 15 ans. Sûrement je voulais devenir  un prêtre, puisque je suis, le septième d’une famille de 8 enfants, j’avais vu embrasser  la vie religieuse à 3 de mes grandes sœurs  se sont consacrées en tant que Religieuse et mon grand frère, qui me précède, Mathew, s’en alla en Allemagne pour devenir Clarétain. Mon intention était de  faire mon entrée au séminaire pour devenir prêtre. Après l’examen final de l’École Secondaire, (suite…)

Mon expérience avec Claret

Evencio Cuñado, cmf.

Je dois reconnaitre que mon expérience avec Claret apparut dans la mesure que je grandissais en âge et en responsabilité Missionnaire. Lors de mes premières années au petit séminaire, je ne me souviens pas que l’on nous parlât de Claret. Par contre certains Missionnaires arrivés des Philippines qui  étaient de passage aux centres de formation, ils nous parlèrent de leur labeur à la Mission, pénible mais en même temps, joyeuse et enthousiaste et toujours missionnaire à la manière de Claret. Travaillant pour le Royaume (suite…)

Ô Claret, mon cher Frère!

Ken Masuda, cmf.

Pour bien de personnes Claret est un grand saint et missionnaire héroïque qu’il eut une grande influence dans l’Église et la société du XIX siècle. Mais, pour moi,  il est mon «oniichan», comme nous appelons en japonais, avec beaucoup de tendresse, un frère ainé, puisque je vois sa présence dans chacun de mes frères. Je suis convaincu de que «Claret oniichan», mon cher frère Claret, continue de m’encourager, sans faute,  chaque jour.

Ma première rencontre avec Claret  fut à l’occasion de l’amitié avec les Pères Clarétains de la paroisse clarétaine d’Hirakata (Osaka), où j’y fus baptisé et grandit dans la foi chrétienne. (suite…)

Compagnons de voyage

Fernando Kuhn, cmf.

Dans mon adolescence, je repris la vie chrétienne laquelle j’avais abandonnée peu de temps après avoir faite la Première Communion. Je fus accueilli dans un beau groupe d’adolescents par un prêtre âgé, presque aveugle, c’était le P. Andrés Pascual. Lors de mon expérience je me suis rapproché de la paroisse de mon quartier et je n’en savais pas plus. Je n’étais pas, encore,  au courant de la raison pour laquelle dans le dit temple on y trouvait plus d’un prêtre et pourquoi, chez eux on percevait une claire dynamique missionnaire. (suite…)